Brainless : le mode zombie version teenage !

4 /5 – Un livre très bien écrit et superbement imaginé.

Brainless est un livre de Young-Adult écrit par Jérôme Noirez et publié chez Gulf Stream Editions. Sa sortie est prévue pour mai 2015.

Brainless Jérôme NoirezQuatrième de couverture : Jason, adolescent médiocre surnommé Brainless, habite Vermillion, petite ville du Dakota du Sud où la jeunesse s’ennuie. Tous les jours, Brainless se fait une injection de formol, pour ne pas pourrir. Depuis qu’il est mort, étouffé par une ingestion massive de maïs, les deux hémisphères de son cerveau peinent à communiquer. Son estomac ne digère que de la viande crue. Il a cessé de dormir et de respirer. En dehors de cela, son quotidien n’a pas beaucoup changé depuis qu’il est atteint du SCJH – le syndrome de coma homéostasique juvénile, une nouvelle maladie touchant les adolescents, de plus en plus répandue aux Etats-Unis – depuis qu’il est un zombie, autrement dit… Il lui arrive seulement, de temps à autres, de se demander quel goût a le cerveau humain. Mais parmi ses camarades de classe, certains ont des projets bien plus macabres.

Mon avis : Brainless est, pour moi, une véritable surprise. J’avais un peu peur que le livre soit trop teenage et qu’on oublie la partie un peu glauque qui donne son charme aux zombies. Mais Jérôme Noirez n’a rien oublié ! Il écrit avec brio une fiction pour ados qui pourra aisément plaire à tous les fans des non-morts.

Brainless raconte l’histoire de Jason, un adolescent qui va mourir d’une piteuse façon. Seulement voilà, arrivé à la morgue, le jeune homme se réveille. Il n’a plus de pouls, ne respire plus, son cœur ne bat plus, mais il est capable d’interagir brièvement avec les autres. Est-ce un cas particulier ? Pas vraiment, puisqu’on apprend qu’il est le 433ème cas enregistré. Son médecin préconise qu’il reprenne une vie normale alors Brainless retourne au lycée. Est-il dangereux pour les autres adolescents ? Oui et non… mais quoi qu’il arrive, il y a bien plus dangereux que Brainless dans ce bahut.

Jérôme Noirez BrainlessJérôme Noirez a écrit son histoire d’une manière un peu particulière mais terriblement efficace. Chaque chapitre de l’histoire sera entrecoupé d’un chapitre appelé « Confidences de Jason », où Brainless nous expliquera comment il est devenu un zombie et nous parlera de ses interactions avec les médecins. Ces chapitres sont très importants pour comprendre l’histoire. L’auteur aurait pu choisir de les mettre au début de son roman mais non… et c’est une bonne chose. C’est cette particularité qui fait son charme à Brainless. En effet, le lecteur s’immerge plus facilement dans la vie de Jason, cet ado pas très intelligent qui s’est transformé en mangeur de viande fraiche et qui doit continuer à simuler sa vie. On apprend qu’il ne ressent plus grand-chose et que c’est difficile pour lui de se faire des amis car, en fait, il s’en fiche !

Dans les chapitres de sa vie au lycée, on apprend à connaître d’autres personnages qui seront narrateurs à leur tour. Ryan Cambell, le jeune obèse toujours habillé en jaune, Cassidy Orlando, la pouffiasse du lycée pourrie gâtée, Jim McAlister & Tony Manning, les deux scouts toujours prêts à aider leur prochain, Tom Davis, la star du lycée capitaine de l’équipe et Cathy Jones, une gothique qui va tout de suite apprécier Brainless. Chaque personnage est superbement créé et apporte quelque chose à l’histoire. J’ai adoré lire les pensées de Cassidy qui font tellement clichées mais qui pourraient réellement être celles de quelqu’un qu’on a déjà rencontré.

Jérôme Noirez arrive à mélanger le glauque, la romance et la réalité. Il surfe sur la mode du zombie en apportant une histoire dramatique bien réelle à son récit. Son talent est évident car le lecteur est tout de suite happé par l’histoire de Brainless et ne peut s’empêcher de tourner les pages de plus en plus vite. Sur la quatrième de couverture, on peut lire la phrase suivante : « Entre horreur teintée de gothique et réalisme cru, un texte intelligent, grinçant et pertinent ». Je pensais sincèrement que c’était exagéré et qu’il s’agissait plutôt d’une phrase d’accroche pour inciter les lecteurs à acheter le livre mais… j’avais tort ! Cette phrase résume parfaitement le livre de Jérôme Noirez et vous ne pourrez qu’être d’accord avec moi lorsque vous serez arrivés à la toute dernière phrase de l’histoire de Brainless.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s