Terreurs Nocturnes de Davy Artero

Terreurs Nocturnes est un livre écrit par Davy Artero qui est sorti, il me semble, en décembre 2014. C’est grâce à Félidés et à Gabrielle Raphaëlle Wolf (une auteure absolument géniale) que j’ai découvert la plume de Davy et j’avoue avoir beaucoup apprécié les quelques pages de sa nouvelle. J’avais envie de plus, et c’est maintenant chose faite !

Merci Davy pour Terreurs Nocturnes, c’est un livre incroyable et terrifiant à la fois. J’espère ne pas faire de cauchemars ce soir !

Quatrième de couvertureTerreurs-Nocturnes-Davy-ArteroLes nuits se suivent et se ressemblent, à mon grand désespoir. J’enchaîne les cauchemars et les rêves atroces, sans que je puisse les arrêter.
John est pourtant quelqu’un qui n’a pas ce genre de pensées en tête d’habitude. De par son métier, il est amené à imaginer des univers joyeux et romantiques.
Il ne se pensait pas capable d’avoir ce genre de visions, ni d’inventer toutes ces horreurs qui défilent dans sa tête chaque nuit.

Mon avisTerreurs Nocturnes est un livre un peu particulier puisqu’il est entre roman et recueil de nouvelles. Dès le départ, on découvre le personnage de John, un romancier à succès, qui est allé faire un tour dans un bar suite à une énième terreur nocturne. Il ne peut plus dormir et repense à tous ces cauchemars qui le maintiennent éveillé la nuit. C’est là que les nouvelles apparaissent.
En effet, John va nous raconter ses peurs, ses angoisses, et nous allons donc avoir droit à des nouvelles terrifiantes. On comprend bien qu’avec des cauchemars pareils, il est impossible de se rendormir…

Je vous propose de faire un petit point sur chaque nouvelle, histoire d’en savoir un peu plus sur Terreurs Nocturnes. Je vais tenter de ne pas trop en dévoiler pour maintenir le suspense mais je préviens de suite : âmes sensibles s’abstenir !

Davy Artero
                     Davy Artero

Avant toute chose, un petit mot sur le prologue : on découvre John, sa vie, ses pensées, et son problème de sommeil. C’est une partie intéressante et bien écrite qui permet au lecteur de rentrer rapidement dans le livre. Davy Artero arrive à nous donner envie d’être terrifié en à peine 6 pages.

Et voici maintenant le moment tant attendu…

Vive Allure : J’ai vraiment adoré cette nouvelle qui raconte l’histoire d’un homme au volant de sa voiture dont la passion est d’écraser les gens. Au delà de l’histoire un peu glauque, le début m’a bien fait rire car il montre le rapport un peu malsain qu’entretient un homme avec sa voiture. La fin est très bien trouvée et a réussi à me surprendre.

Toast : Décidément Davy Artero continue sur sa lancée et arrive, une fois de plus, à m’étonner. Je ne m’attendais pas du tout à une histoire comme celle-ci ! Toast est une nouvelle qui pourrait bien être réelle : le récit d’un homme qui ne supporte plus la pression de son job et qui va « péter un câble » lors d’une réception donnée par son entreprise. Sombre et addictif !

Jingle Bells : Un père de famille emmène sa femme et ses enfants chez ses beaux-parents pour Noël. Alors qu’il conduit, il divague sur le temps que sa femme et sa fille ont mis pour se préparer. C’est tout de même dingue qu’elles mettent autant de temps alors que pour lui et son fils, il suffit de quelques minutes ! C’est le premier Noël qu’ils ne feront pas chez eux et sa femme est restée silencieuse depuis qu’ils sont partis… Peut-être est-elle tendue ? Non ? Une histoire triste qui bizarrement nous fait sourire (à moins que je ne sois psychopathe… ^^)

La Réserve : Mon dieu que je n’aime pas cette nouvelle ! (dans le bon sens du terme). Un récit très bien écrit qui raconte l’envie d’une jeune fille de découvrir ce qui se cache dans cette maison abandonnée par très loin de chez elle. Une chose est sûre, elle va le regretter et, encore une fois, on ne s’attendait pas à ça ! Davy Artero arrive à nous surprendre avec cette fin très bien trouvée. Terrible !

Fournitures : On arrive ici à la nouvelle qui a réussi à m’atteindre. Un DRH qui adore rabaisser ses employés va subir une petite expérience traumatisante… ou pas. Oui, je vous laisse volontairement dans le flou parce que cette histoire est absolument géniale, horrible, monstrueuse et dérangeante. J’ai même dû fermer les yeux à un moment donné tellement les détails étaient glaçants ! La fin est là aussi bien trouvée car elle nous laisse un peu dans le suspense.

Après cette série de terreurs nocturnes, nous avons un petit intermède, histoire de souffler un peu après l’horrible Fournitures. On retrouve John dans son bar mais pas pour longtemps car d’autres atrocités lui reviennent alors en mémoire…

Méchant : Voici l’une de mes nouvelles préférées du livre. Il raconte l’amour d’une mère pour sa fille et tout ce qu’elle est capable de faire pour elle. J’aime beaucoup quand c’est une femme qui devient manipulatrice pour mieux attirer des hommes dans son piège. Ici, j’ai été servie et j’avoue : j’ai adoré ! Oui c’est terrible mais quand c’est bien écrit ça passe très bien je vous assure 😉

For Intérieur : Encore l’une de mes histoires préférées. On sort de l’horreur pour rentrer dans un récit un peu plus touchant. Une nouvelle qui se dévore et qui nous permet de faire un petit tour dans l’histoire de France. On se retrouve le 02 août 1914, juste avant la guerre. Un homme va devoir réussir à convaincre un autre personnage de ne pas aller se battre. Les répercussions en seraient désastreuses…

Battement d’Ailes : Je voulais une femme manipulatrice capable des pires atrocités ? Et bien j’ai été servie avec cette nouvelle macabre. Je n’en dévoilerai pas plus mais sachez qu’on dit souvent que les yeux sont les fenêtres de l’âme… Beurk !

A Posteriori est l’une de ses histoires où vous vous dîtes : « non, il n’a pas osé quand même ? » Et bien si ! Davy Artero nous bouscule encore avec cette nouvelle dérangeante qui raconte l’histoire d’un homme qui rêve d’être aussi intelligent que sa femme (ne le rêvent-t-ils pas tous ? ^^). Il va alors trouver une solution pour le moins radicale pour accroître la puissance de son cerveau. La fin est très bien trouvée car elle nous laisse imaginer ce qui va se passer sans rien dire pour autant. L’horreur de la situation nous parvient alors même que Davy Artero n’a rien écrit de plus. C’est parfait !

Mal-Être : Nous découvrons ici une nouvelle purement fantastique. Si les autres pouvaient avoir un fond de réel, celle-ci ne l’a pas du tout. On entre dans l’antre du mal, non sans plaisir, et on découvre alors un récit dont les détails sont tout simplement ignobles. Cela reste cependant moins bouleversant que la nouvelle Fournitures

Mal-Être était la dernière nouvelle du livre et on retrouve donc notre cher John dans son bar. Il finit par rentrer chez lui et sent bien que toutes ses Terreurs Nocturnes ne sont pas normales. Peut-être devrait-il consulté ? Et bien moi je dis que oui ^^

En conclusion, Terreurs Nocturnes est un très bon livre qui vous fera passer un mauvais moment. Si c’est ce que vous attendiez, alors vous ne serez pas déçus ! Pour ma part, j’ai adoré même si je resterai traumatisée à vie par les détails de Fournitures...

Il ne me reste plus qu’à lire le Terreurs Nocturnes de Gabrielle Raphaëlle Wolf maintenant, histoire de finir dans un asile 😉

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s