Comme l’Obsidienne : gros coup de cœur pour le livre de V.I. Prates

Comme l’obsidienne est une dystopie sortie tout droit de l’imagination débordante de V.I. Prates. Il est disponible sur le site des éditions Rebelle depuis le 23 avril 2016 et je vous le dis tout de suite, c’est un roman… WAOU ! Un gros coup de cœur pour moi ❤

Je ne connaissais pas trop V.I. Prates mais j’avais beaucoup entendu parler de son livre Journal d’une Tueuse qui avait conquis de nombreux lecteurs. Je dois être franche, je ne sais absolument pas pourquoi ce livre n’est pas dans ma bibliothèque ! Le résumé donne vraiment envie, l’illustration est sublime et puis… c’est un roman Rebelle ! 😉 Bref, passons maintenant au nouveau roman de l’auteur : Comme l’Obsidienne.

Quatrième de couverture : Comme l'Obsidienne V.I. PratesJe ne suis personne. Juste une âme perdue qui se réveille au milieu de nulle part, sans souvenirs, sans nom et sans passé.
La seule chose qui me relie au monde, c’est ce signe d’appartenance à la cité d’Héraklion. Une cité parfaite où le vice, le mensonge, le crime n’existent pas et où les étrangers ne sont pas admis. La question qui m’obsède à présent, c’est pourquoi j’en ai été bannie ?
J’ai besoin de connaître la vérité sur mon histoire, ainsi que sur mes actes. Et pour cela, je n’ai qu’une solution : me soumettre aux sept épreuves qui sont imposées à quiconque souhaite pénétrer dans la cité.
Un pari risqué. Un pari mortel.
Si je réussis, je serai à nouveau admise parmi eux, au risque d’être reconnue. Si j’échoue, j’en mourrai.

Mon avis : Je vais commencer par souligner le travail de l’illustratrice Karen M. qui a fait de ce livre une vraie pépite ! Les couleurs sont superbes, le titre ressort et le tout donne un petit côté mystique parfait. Bref, merci Karen de penser à nos bibliothèques qui n’attendent que d’être choyées par des couvertures sublimes.

Passons maintenant au roman. Je peux déjà vous dire qu’en le terminant j’avais le sourire aux lèvres, j’ai regardé autour de moi pour réaliser que j’étais de nouveau dans mon canapé et non plus dans la cité d’Héraklion et le premier mot qui m’est venu à l’esprit c’est « Waou » ! Un roman coup de cœur comme il est rare d’en avoir. V.I. Prates m’a complètement subjuguée avec cet univers si particulier où l’on ne peut se fier à personne et où le moindre relâchement peut être synonyme de mort. J’ai été tenue en haleine jusqu’à la toute dernière fin, j’ai eu peur pour l’héroïne, j’ai ris, j’ai été révoltée, en somme j’ai été totalement conquise.

Comme l’Obsidienne, c’est l’histoire d’une jeune femme qui ouvre les yeux dans une forêt. Elle est seule et ne se souvient de rien, pas même de son prénom. Elle est accueillie par un couple qui vont découvrir d’où elle vient grâce à un tatouage. En effet, la jeune femme porte la marque de la cité d’Héraklion. Cela veut dire qu’elle sait maintenant où chercher des réponses. Le problème ? Si elle a été retrouvée dans la forêt dans un si mauvais état, peut-être est-ce parce qu’elle en a été bannie ? Comment trouver des réponses ? La seule solution est de retourner dans la cité en étant grimée, pour que personne ne puisse la reconnaître. Mais avant d’être accueillie dans la cité, notre héroïne devra se soumettre à 7 épreuves dont nul n’est jamais sorti vivant. En effet, à Héraklion, on n’aime pas les étrangers, et on fait en sorte que personne n’arrive à pénétrer dans la cité aussi facilement… Je ne dévoilerai absolument rien de plus, ni sur l’histoire, ni sur le personnage principale, parce qu’il est interdit de spoiler un récit pareil !

Ce que je peux vous dire c’est que Comme l’Obsidienne est un roman où l’action ne manquera pas. Le suspense est présent du début à la fin et comme si cela ne suffisait pas, l’auteure a réussi le pari de nous faire entrer dans son univers dystopique avec une facilité déconcertante. Les personnages, même les secondaires, sont extrêmement bien créés. L’héroïne est une jeune femme à la fois forte et craintive. Elle ne sait rien sur elle, sur son passé, et encore moins sur son avenir. Elle ne veut que deux choses : la connaissance et la liberté. On se prend d’affection pour elle, on espère avec elle, on tremble avec elle. Au fil des pages, les épreuves défilent, les complots se mettent en place, et on espère que les plans se déroulement sans problème, que personne ne trahira personne. Parce que oui, dans une dystopie, il ne faut jamais faire confiance aux personnages. On va rapidement prendre position et on se trompera sûrement quelques fois.

J’ai adoré l’histoire en elle-même mais j’ai encore plus apprécié les deux derniers « chapitres ». Vous trouverez une lettre qui vous surprendra et un épilogue qui étonnera tout autant. Comme quoi, l’auteur a toujours quelques rebondissements dans sa manche !

En bref, Comme l’Obsidienne est un vrai coup de cœur. J’ai adoré l’histoire, l’intrigue, l’univers et les personnages. Le suspense est au rendez-vous, tout comme l’action. La plume de l’auteure est juste parfaite, nous entraînant aisément dans cette dystopie digne des plus grands auteurs de notre ère. Oui, je vais jusque là parce que franchement… ce livre… c’est de la bombe ! Foncez, vous ne serez pas déçus, en tout cas moi je ne l’ai pas été une seule seconde 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s