Rouge Toxic : j’en redemande !

Rouge Toxic, le dernier né de Morgane Caussarieu, est sorti en février aux éditions ActuSF sous le label Naos. Un livre fantastique Young-Adult que j’ai adoré découvrir. Cette auteure a décidément une plume addictive !

Quatrième de couverture : Je m’appelle Faruk, et pour subsister, il me faut boire votre sang.Je vivais tranquillement ma non-vie dans les bas-fonds de San Francisco, quand ce type a débarqué pour me confier une mission difficile à refuser.
Me voilà sur les bancs de Mission High School, à suivre comme une ombre Barbie, une orpheline aussi intrigante que réfractaire à mes charmes. Et croyez?moi, survivre dans la jungle du lycée, ce n’est pas de tout repos, même pour un vampire. Surtout pour un vampire…
Mais d’elle ou de moi, qui sera le plus toxique ?

Découvrez mon avis sur Les Petits Livres by Small Things ici !

Extrait de ma chronique : « Si la première partie est sympathique, on ne rentre dans le vif du sujet que dans la seconde moitié du roman. J’ai tout simplement adoré les courses poursuites, les révélations, les rebondissements qui s’enchaînent sans nous laisser aucun répit. On passe du livre gentillet (c’est dit sans méchanceté bien sûr) Young Adult, à du bon dark comme je les aime. Meurtres, tortures et sang deviennent les maîtres mots, et quand le vaudou s’en mêle, c’est tout simplement un pur délice ! »

Publicités

La saveur de l’interdit : le roman New Adult de Stéphane Soutoul

Sortie le 25 mars dernier en version Poche chez Rebelle éditions, La saveur de l’interdit est le nouveau roman de Stéphane Soutoul, auteur qui s’essaie ici à un nouveau genre : le New Adult. Pari réussi !

Quatrième de couverture : Certaines passions n’ont pas de limites.
Je m’appelle Mélanie et à vingt-deux ans, mes proches me considèrent comme une nana bosseuse et trop sage… Le hic c’est que dans un train, j’ai succombé à l’attraction charnelle d’un inconnu sexy en diable. Bastian, mon sulfureux amant, loge désormais dans l’hôtel qui m’emploie.
Suite à notre aventure clandestine, j’ai pris goût aux étreintes avec lui dans les endroits les plus audacieux. La passion qui nous consume s’avère aussi épicée que destructrice, une femme est-elle seulement capable de sauver Bastian du secret qui le ronge ?

Découvrez mon avis sur le site Les Petits Livres by Small Things ici !

Extrait de ma chronique : « La saveur de l’interdit devient vite addictif grâce à une plume toujours aussi fluide. J’ai apprécié cette lecture, le côté psychologique apportant un énorme plus à l’histoire. C’est une bonne découverte. Stéphane Soutoul réussi le pari d’être bon dans n’importe quel genre littéraire même si je dois bien avouer le préférer largement dans ses thrillers sentimentaux ! »

Lettres de sang, un polar signé Patterson & Karp

Lettres de sang, sorti le 10 janvier chez L’Archipel, est un roman policier écrit à quatre mains. James Patterson et Marshall Karp ont joint leur talent pour pondre une histoire où l’argent et le meurtre font peut-être bon ménage…

Je remercie Babelio et les éditions L’Archipel pour la découverte de ce livre.

Quatrième de couverture
Protéger les célébrités…
Hubert Hutchinson Alden Jr., businessman milliardaire, a tout pour lui : une femme superbe, un fils de huit ans qu’il adore, et une fortune qui ne cesse de croître.
Assurer le bien-être des plus riches…
Mais cette vie parfaite vole en éclats lors d’une nuit d’horreur, quand il découvre la tête décapitée de son chauffeur dans un sac sur lequel sont inscrites, en lettres de sang, les initiales de son fils. Peu après, ce dernier est enlevé…
Jusqu’au jour où frappe un ennemi invisible !
À New York, seul un corps d’élite tel le NYPD Red, qui protège les rich and famous, est à même de « traiter » une telle affaire. Mais Zach Jordan et sa partenaire Kylie MacDonald – son ex-petite –, deux enquêteurs aguerris, sont loin de se douter du piège que leur a tendu le criminel…

Mon avis : J’aime beaucoup les livres de Patterson alors quand on m’offre la possibilité de découvrir un nouveau roman de cet auteur, je n’hésite pas une seconde. Lettres de sang a été toutefois celui que j’ai le moins apprécié. Bien que les diverses intrigues soient  bien construites et les personnages bien travaillés, il m’aura fallut du temps pour entrer complètement dans ce polar tandis que je n’avais pas eu ce problème avec les autres.

J’ai sans doute tort, mais il me semble qu’il y a eu un petit problème de traduction. Certaines phrases (peut-être trop longues tout simplement à mon goût), m’ont gênée et m’ont fait sortir du roman. Elles sont cependant très peu nombreuses, si bien que, finalement, on est emporté par cette histoire de décapitation, de chantage et de kidnapping. Pour vous donner un exemple, voici l’une des phrases qu’il m’a fallut relire plusieurs fois :

« Face à lui se tenait l’inconnu blond, vêtu d’un pantalon de cuir noir moulant, crinière tirée en arrière en queue-de-cheval, torse nu luisant d’huile à la lueur orangée des torches fixées à la paroi. »

Autre souci minime, il est dit dans le résumé que Tripp à 8 ans alors que celui-ci est au lycée… Ce n’est pas grave mais, pour la suite des événements, c’est mieux de le savoir 😉

Les deux enquêteurs sont un gros plus à ce roman à suspense. En effet, ils paraissent très humains, très vrais, et rajoutent des rebondissements grâce à leurs vies privées. A l’intrigue policière se mêlent alors des intrigues amoureuses intéressantes et bien élaborées.

Si le début du roman ne m’a pas convaincu, arrivée à la moitié, j’ai fini par être totalement prise dans l’histoire. Cette affaire de meurtre et kidnapping se complique ! Quand les victimes deviennent suspects, on ne sait plus où donner de la tête… J’ai particulièrement apprécié la résolution de l’enquête qui, bien loin du « tout fini bien », se veut plus réaliste, avec toutes les machinations politiques et financières qui s’ensuivent. Le fait que l’intrigue policière se déroule dans le milieu des riches hommes d’affaires de New York est certes, non original, mais tout de même très intéressant. C’est bien ficelé, on prend plaisir à découvrir toutes les machinations du tueur et celles du père de famille qui tente de cacher tant bien que mal ses terribles secrets.

En conclusion, malgré un début difficile, cette histoire est intéressante, les rebondissements sont nombreux et intelligents, les personnages sont bien construits et la fin est vraiment bonne ! 

Loups Rouges Tome 2 : gros coups de cœur !

Sur les chemins de Rédemption est le second tome de la saga Loups Rouges de Lucile Dumont. Sorti en janvier chez Psyché Editions, cette suite est particulièrement réussie !

Un grand merci à l’auteure ainsi qu’à Joanna pour l’envoi de cette petite pépite de la fantasy (et désolée pour la chronique tardive !)

Résumé : La menace des loups rouges a été écartée et Erika en a fait sa plus grande force : elle est maintenant l’Alpha de la meute. Le temps n’est pourtant pas aux réjouissances : les agents d’Un-Seul sont en route. Il faut fuir, et vite ! Armés de leur courage, les survivants n’ont d’autre choix que de tourner à leur avantage le secret des loups rouges et de se jeter sur les chemins de Rédemption, au-delà de la jungle, au-delà des plaines, jusqu’à Kareil, la cité de métal et de verre, dernier bastion avant les terres d’Un-Seul…

Mon avis : J’avais adoré Le réveil de l’alpha (chronique ici), premier tome arrivant à mettre en place l’histoire sans jamais nous perdre et en réussissant l’exploit de nous tenir en haleine jusqu’au bout. C’est donc avec un peu de peur mêlée à de l’excitation que j’ai commencé Sur les chemins de Rédemption. La grosse question étant : comment faire mieux ? J’aurais parié que c’était impossible, pourtant Lucile Dumont l’a fait ! Ce deuxième tome est tout simplement un gros coup de cœur. 

Dans les livres de fantasy, il y a souvent une part très importante de descriptions pour nous permettre d’imaginer correctement l’univers créé par l’auteur. Si parfois cela en devient indigeste – je suis une impatiente et j’ai tendance à avoir envie de sauter des pages quand on me fait trop attendre – il y a des livres où le mélange description/action est en accord parfait. Loups Rouges fait partie de ces rares pépites qui arrivent à nous donner envie de lire chaque ligne, de découvrir chaque rebondissement, chaque nouvelle petite intrigue. Le livre est hautement addictif et la plume de Lucile Dumont nous entraîne sans aucune difficulté dans cette forêt aussi magnifique que dangereuse, puis sur les terres d’Un-Seul. Je vous le dis, la France n’a pas à rougir de ses auteurs. Lucile Dumont vaut largement un Terry Goodkind (oui oui, j’ai conscience de ce que je dis !) et je trouve regrettable que les livres SFFF n’aient pas une place plus importante dans notre beau pays.

Les personnages sont encore plus fouillés que dans le premier tome. Ils changent, évoluent, et nous surprennent ! J’ai particulièrement adoré Sang Dragon, personnage haut en couleur qui va réussir à nous exaspérer, nous faire rire, et nous toucher. Les énigmes se multiplient, on ne sait pas à qui se fier. L’intrigue est menée d’une main de maître, c’est tout bonnement parfait. Je ne dis pas cela pour chaque livre, je vous rassure. Mon jugement est totalement impartial, je suis tout simplement sous le charme de cette saga. En plus, Lucile Dumont a rajouté de superbes illustrations pour compléter son roman ! C’est bien imaginé, bien construit, bien écrit, bien dessiné… que dire de plus ?

Vous l’aurez compris : adeptes de romans de fantasy, n’hésitez pas une seule seconde à vous plonger dans la saga Loups Rouges. Lucile Dumont saura vous surprendre et vous rendre totalement accro aux aventures d’Erika.

Et pour acheter Les chemins de Rédemption, direction ce lien 😉

La première fois qu’on m’a embrassée, je suis morte – Colleen Oakley

Sorti en janvier chez Milady, La première fois qu’on m’a embrassé, je suis morte, est un roman feel-good totalement addictif. La plume de Colleen Oakley est irrésistible !

Quatrième de couverture : Fantasque et drôle, Jubilee Jenkins souffre d’un mal extrêmement rare  : elle est allergique au contact humain (pour résumer aux gens). Après un épisode qui a failli lui coûter la vie, elle décide de ne plus sortir de chez elle. Mais à la mort de sa mère, Jubilee doit affronter le monde et les gens. Elle trouve refuge à la bibliothèque municipale, où elle décroche un travail, et y rencontre Eric Keegan, un homme divorcé qui vient de s’installer en ville avec son fils adoptif, un petit génie perturbé. Bien qu’il ne comprenne pas pourquoi Jubilee le tient à distance, il est sous le charme… Ces trois-là n’étaient pas destinés à se croiser et pourtant seule leur rencontre va leur permettre de s’ouvrir à la vie et à l’amour, formant ainsi un trio irrésistible.

Découvrez mon avis sur Les Petits Livres ici !

Extrait de ma chronique : « C’est intéressant, frais, drôle, touchant, addictif ! Un roman feel good, un petit bijou à avoir dans sa bibliothèque et à relire de temps de temps. Fans de comédies romantiques, La première fois qu’on m’a embrassée, je suis morte, est un livre à ne pas manquer ! »

Shadows of the Past : romance, kidnapping et affaires de famille

Delayed Love est le premier tome de la saga Shadows of the Past écrite par Laura Black. Sorti chez Sharon Kena Editions en décembre 2017, ce livre mélange habillement romance et suspense.

J’ai eu l’opportunité de découvrir ce roman grâce à la Masse Critique de Babelio. Je remercie donc le site ainsi que la maison d’édition pour cet envoi.

Quatrième de couverture : Les Strawford…
Ils sont riches, intelligents et bénis des Dieux. Pourtant, derrière les faux-semblants, ils cachent une blessure que rien ne parvient à effacer…
Vingt-deux ans plus tôt, suite à l’enlèvement de la plus jeune des sœurs, la famille a sombré dans le chaos. Du jour au lendemain, la mère a disparu, abandonnant ses sept enfants, et le père s’est transformé en un tyran acariâtre.
Samantha Strawford, étouffée par un père abusif, a fini par fuir sa famille. Le malaise cardiaque de son père l’incitera-t-elle à rentrer à Houston ? Pourquoi craint-elle de croiser le chemin de Léo Stavros, le fils de sa belle-mère ? Osera-t-elle reprendre l’enquête concernant la disparition de sa jumelle ?
Blake Strawford, lui, est un séducteur invétéré qui se perd en relations amoureuses sans lendemain. Une seule femme l’a jamais obsédé, mais il la méprise pour son attitude légère. Pourtant, lorsqu’il croise de nouveau Prue Deeppers, il perd pied…
Malgré les ombres du passé, les Strawford accéderont-ils enfin au bonheur ?…

Mon avis : Je connaissais l’auteure de nom mais je n’avais encore jamais lu un de ses livres. Shadows of the past est une belle découverte et j’avoue avoir très envie de connaître la suite des aventures des Stawford.

Ce premier tome est riche en rebondissements, les personnages sont bien détaillés, les descriptions utiles et non envahissantes, et l’intrigue est intéressante jusqu’au bout. En effet, je n’ai trouvé aucun passage à vide dans  Delayed Love. Laura Black réussit à nous captiver jusqu’au bout car elle distille le doute et développe des histoires parallèles à son intrigue originale. 

Les Strawdord forme une riche famille recomposée qui, comme toutes les familles, cache des secrets, s’aime et se déchire. Les nombreux protagonistes de cette saga forment à la fois le point positif et le point négatif de Delayed Love. Si chaque personnages a son propre caractère, sa propre histoire et est « utile » au bon déroulement de l’intrigue, il se peut que le lecteur soit un peu perdu parmi les prénoms. J’avoue avoir dû relire le premier chapitre plusieurs fois pour bien comprendre qui était l’enfant de qui et qui faisait quoi. C’est néanmoins le seul bémol que j’ai trouvé à ce livre et, encore une fois, ce petit « souci » est également le force de ce récit qui ne s’essouffle jamais.

L’intrigue est prenante, c’est bien écrit, et le mélange romance/suspense est plutôt bien dosé. L’histoire du kidnapping de la jumelle est bien trouvée et bien exploitée, même si j’aurais aimé en savoir un petit peu plus 😉 La romance est peut-être un peu facile mais elle reste néanmoins crédible. Les personnages sont hauts en couleur, j’ai beaucoup apprécié le fait qu’ils aient chacun quelque chose à raconter. En bref, j’ai passé un bon moment de lecture et j’ai bien envie de connaître la suite des aventures de cette famille pour le moins originale !

BD Les Profs, retour en enfance !

Les profs tome 20 Lycée Boulard est sorti le 15 novembre 2017 chez Bambou Editions. Parlons des grands noms de cette BD : à l’écriture, ERROC, au dessin, Simon LETURGIE, et à la couleur Jacqueline GUENARD.

J’ai reçu cette BD lors d’une masse critique Babelio. Elle est arrivée assez tardivement mais elle valait sincèrement la peine d’attendre ! Merci à Bebelio et à la maison d’édition pour cette opportunité et ce bon moment de lecture 🙂

Quatrième de couverture : Rien ne va plus au lycée Fanfaron. L’établissement se place parmi les derniers au niveau des résultats et il menace même d’être relégué dans les abysses du classement. La ministre va tenter une idée révolutionnaire en donnant les clefs du lycée aux élèves. Géré par Boulard et son équipe, le lycée risque de connaître ses heures les plus difficiles. Certains profs vont  » collaborer » quand d’autres vont essayer de faire revenir la ministre à la raison.

Mon avis : Les Profs, c’est cette BD magnifique, drôle, qui réussit à chaque coup à nous donner le sourire aux lèvres. Lorsque j’étais enfant, j’étais abonnée au Journal de Mickey et il y avait souvent (pour ne pas dire à chaque fois) une planche Les Profs. Et vous savez quoi ? Ben j’adorais ! Je trouvais toujours ça super alors quand j’ai vu que la BD était dans la masse critique, autant dire que j’ai foncé dessus. Pourquoi n’ai-je pas continué de lire les aventures délurées de ces profs qu’on adore à la fin de mon abonnement ? Bonne question ! J’aurais dû… parce que je me rends compte qu’ils m’avaient manqué.

Ce nouveau tome est une vraie réussite et, en plus, il y a une histoire complète. Pas de temps mort, pas de planches avec des récits différents, mais bien une histoire entière totalement captivante et franchement superbement réalisée. J’ai adoré les dessins, toujours aussi bien faits. Les couleurs sont belles, à leur place. Dans certaines BD, on a l’impression d’être agressé dès qu’on ouvre le livre à cause des couleurs, des dessins parfois qui ne nous parlent pas du tout… Les Profs ne fait heureusement pas partie de ceux-là ! Ce que j’aime beaucoup également, c’est les détails dans les dessins, il faut bien prendre le temps de tout regarder sous peine de manquer quelque chose d’hilarant.

Passons au scénario : une superbe idée ! Franchement, mettre des élèves à la tête d’un lycée, c’est LA bonne idée ! Comment réagiront nos profs ? Certains s’énerveront – clin d’œil à une de mes profs préférés que j’ai absolument adoré dans ce tome -, d’autres essaieront de se faire bien voir, d’autres encore s’en ficheront totalement… Notre cancre préféré prend le pouvoir et ça fait du bien. Pas forcément dans le sens où vous le pensez ceci-dit… Élèves ou profs, choisissez votre camp !

En conclusion, un tome superbe avec une histoire franchement géniale. J’ai souri, j’ai ri, nulle doute que je relirai cette BD avec plaisir ! A garder dans sa bibliothèque et, peut-être, agrandir la collection ?Pour acheter Les Profs tome 20 Lycée Boulard, c’est par ici 😉