Nouveau coup de cœur : OLYMPUS

Olympus, c’est la nouvelle saga de l’auteure à succès Suzanne Wright ! Son premier tome, Alex Devereaux, est sorti chez les éditions Milady, comme toute bonne série bit-lit internationale qui se respecte 🙂
Avis à tous les fans de la saga La meute du Phénix et La Meute Mercure, voilà un nouveau roman que vous allez adorer !

Résumé : Bree est un chat de Pallas, et elle n’a peur de rien… Ou presque. Une seule chose l’effraie : son âme sœur, la personne que le destin lui réserve, est un être cruel et vicieux qu’elle ne pourra jamais aimer. La nouvelle de sa mort est un soulagement, et Bree compte bien refaire sa vie. Mais celui qu’elle désire plus que tout lui est interdit : Alex est son patron, et le cousin de son âme sœur disparue. Cependant, Alex ne veut plus se mentir à lui-même. Il est prêt à tout pour revendiquer Bree, et nul ne pourra l’en empêcher.

Retrouvez mon avis complet sur Les Petits Livres by Small Things ici !

Extrait de ma chronique : Dance ce nouveau roman de l’auteur à succès Suzanne Wright, nous faisons la connaissance de Bree, un chat de Pallas. Oui, je vous avais prévenus, on sort de notre zone de confort ! L’âme sœur de Bree a disparu depuis des années, et tant mieux car elle ne l’aimait pas ! Eh oui, originalité là aussi, l’âme sœur d’un métamorphe n’est pas forcément la personne qu’il lui faut vraiment, et elle a le droit de ne pas l’aimer.

Tous les personnages sont bien créés, l’univers est fascinant et le gros plus de ce premier tome est l’humour omniprésent. L’enquête pour découvrir qui en veut à Bree est bien menée, l’action est intense, on est véritablement immergé dans l’histoire.

Olympus est un coup de cœur personnel, il réunit tout ce que j’aime : de la romance tintée d’érotisme, des métamorphes, de l’action, du suspense, des rebondissements vraiment inattendus, des dialogues hilarants, des personnages obstinés et cette notion de clan, d’unité. Une petite pépite à savourer et à relire de temps en temps.

Blood Type, une romance bitlit qui change !

Compagne de sang est le premier tome de la saga Blood Type de K.A. Linde. Sorti chez les éditions Milday, ce roman bit-lit sort des sentiers battus pour nous offrir une intrigue surprenante !

Résumé : Dans un monde dévasté par la pauvreté et le désespoir, le seul moyen d’échapper à la misère est de servir l’élite vampire, aussi assoiffée de pouvoir que de sang. En acceptant de devenir la compagne de sang de Beckham Anderson, Reyna ne mesure guère dans quoi elle s’engage. Car celui-ci, froid, autoritaire et séduisant, ressemble en tout point à ses attentes… mais refuse de se nourrir d’elle. Derrière le masque se cache un homme bien plus complexe et retors qu’elle ne le croyait, et elle-même découvre bientôt que sa position est aussi enviable que dangereuse. Chaque nuit qui passe semble confirmer ses soupçons : Beckham la craint autant qu’il la désire…

Retrouvez mon avis complet sur Les Petits Livres by Small Things ici !

Extrait de ma chronique : Dans Bloody Type, le monde est divisé. D’un côté vous avez les humains, pauvres et désespérés, de l’autre vous avez les vampires riches et puissants. Dans l’univers de K.A. Linde, une société existe, pouvant sauver les humains de leurs pathétiques existences, Visage. Cette multinationale, gérée par des vampires bien sûr, propose des services corporels. Les humains s’y présentent pour devenir des compagnes de sang, qui est donc le titre de ce premier tome.

Blood Type est une franche réussite ! Une intrigue très originale, des personnages complexes, de l’action, du suspense, des machinations, du sang… Tout est réuni pour tenir le lecteur en haleine. Étant un roman bit-lit, il y a bien sûr un peu de romance, mais ce n’est pas l’intrigue principale. Et quand la politique se mêle aux différents secrets, on est abasourdi. Vous pensiez tout savoir ? Que nenni ! K.A. Linde vous tient par la plume et vous laisse frustrés par cette fin en cliffhanger. Une série à suivre !

Un chat pour Noël de Florence McNicoll

Un Chat pour Noël est sorti chez les éditions Hauteville en octobre 2020. Ecrit par Florence McNicoll, ce roman mélange romance et boules de poils !

Résumé : Le chat le plus solitaire de Battersea trouvera-t-il un foyer pour Noël ?
C’est bientôt Noël au refuge pour chats et chiens de Battersea et Laura désespère de trouver une famille pour la nouvelle venue, Felicia, une jolie chatte noire et blanche aussi sauvage qu’affectueuse. Son petit ami, Rob, ne comprend pas pourquoi elle passe autant de temps au travail, mais pour Laura, ce refuge est bien plus qu’un simple job, c’est sa vie  ! Alors que les fêtes approchent à grands pas, Laura fait la connaissance de neuf personnes, toutes en quête d’amour, et elle leur cherche le compagnon à quatre pattes de leur rêve. Lorsque le bel Aaron adopte Felicia, Laura se dit qu’il pourrait aussi faire son bonheur…
Un conte réconfortant sur l’amour et nos amis les bêtes.

Retrouvez mon avis complet sur le site Les petits livres by Small Things ici !

Extrait de ma chronique : C’est bientôt Noël au refuge pour chats et chiens de Battersea où Laura travaille et cette dernière compte bien faire adopter ses boules de poils préférées rapidement ! D’ailleurs, elle aimerait beaucoup trouver des maîtres pour sa petite préféré Félicia, une jolie chatte noire et blanc, aussi sauvage qu’affectueuse. Elle adorerait l’adopter elle-même, mais son petit ami Rob est anti-chats…

Un chat pour Noël, c’est un roman qui se lit vite, un petit moment de douceur pour tous les amoureux des félins. On rit, on pleure, on s’énerve… les émotions sont bien présentes malgré la vitesse de l’intrigue. Même si on imagine la fin dès le début, on apprécie le cheminement de l’auteur. Un livre parfait pour bouquiner tranquillement au coin de la cheminée avec un chat sur les jambes.

Sous ses doigts, la romance New Adult de Emilie Goudin-Lopez

Sous ses doigts Tome 1 Le secret de Claire est une romance New Adult de Emilie Goudin-Lopez sortie le 17 juillet 2020 chez les éditions So romance.

Je remercie la Masse Critique Babelio et les éditions So Romance pour l’envoi de ce roman !

Résumé : Elle pensait l’avoir oublié, et pourtant, huit ans plus tard…
Claire, artiste et illustratrice, rentre chez son père à Saint-Ferréol pour le premier anniversaire de la mort de sa mère. Sa sœur, Cécile, profite de l’occasion pour leur présenter son nouveau fiancé, Tom, qui n’est autre que le premier amour de Claire… Passé le choc de leurs retrouvailles, l’attirance qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre autrefois refait surface avec violence. Malgré la passion qui les consume, toute relation amoureuse leur est interdite… Claire parviendra-t-elle le temps d’un week-end à ignorer ses sentiments ? Mais comment oublier son premier amour ?⠀
Laissez-vous toucher par cette relation aussi passionnée que condamnée, entre amour et interdit, entre le passé et le présent, dans cette romance qui vous promet sensualité et frissons !

Mon avis : Ce premier tome de Sous ses doigts commence avec l’arrivée de Claire chez son père pour l’anniversaire de la mort de sa mère. Claire est illustratrice et vit à Bruxelles. Sa relation avec sa sœur aînée a toujours été compliquée et lorsque celle-ci fait son entrée chez son père au bras de son nouveau fiancé, les choses ne vont pas s’arranger. Pourquoi ? Parce que Tom, son nouveau copain, n’est autre que l’amour de jeunesse de Claire ! Ces deux-là ont quelques années d’écart et ont vécu une nuit magique ensemble huit ans auparavant, avant de devoir se quitter. Aujourd’hui, ils ont grandi, leur attirance l’un pour l’autre renaît, mais Cécile, la sœur, est au milieu… encore !

Le point fort de Le secret de Claire est assurément les flashs back qui nous aident à mieux comprendre ce que les personnages ont vécu chacun de leurs côtés. Le fait que la narration soit partagée est aussi une bonne chose, voir les différents points de vue rend le livre plus rythmé. L’intrigue est bonne, les personnages sont travaillés et le final est vraiment bien créé.

Malheureusement, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de répétitions. On apprend quelque chose en quatre/cinq lignes, il y a un flash back qui nous détaille l’information, puis on revient au présent où on en parle encore ! Le milieu du roman est à base de « on s’aime, mais on ne doit pas » et il m’a manqué quelque chose pour que l’ensemble soit moins répétitif. Le début toutefois est vraiment bien, la redécouverte, l’attirance réciproque, l’histoire familiale, et la fin est top : bien travaillée, avec des rebondissements et un épilogue comme il le fallait !

Sous ses doigts Tome 1 Le secret de Claire est donc un bon roman malgré quelques passages que j’avais envie de sauter. D’autres étaient vraiment très bien, l’histoire du portrait réalisée par Claire apporte clairement un énorme plus à l’intrigue. Une bonne romance pour un dimanche confiné !

Galénor : suite de la sublime saga de fantasy de Audrey Verreault

Le dernier gémini est le second tome de la saga Galénor de Audrey Verreault. Sorti en mars 2020, ce roman est immersif, captivant et original. Un grand merci à l’auteur pour cette petite pépite littéraire !

Résumé : Et si vous étiez liés à quelqu’un… quelque part…
« Asmodée est de plus en plus radical avec sa politique anti-inferniths… Il veut qu’on les envoie tous à la prison d’Astheroth pour les interroger et les pister… Puis il y a ces magiciens avec leurs masques en forme de têtes de corbeaux qui rôdent à travers Galénor et attaquent des villages. Personne ne sait d’où ils viennent. Ni ce qu’ils veulent. Moi je m’en doute. Ils ont assassiné mes parents adoptifs… Je pense qu’ils cherchaient ce qu’ils m’ont légué… J’essaie de chasser tout ça de mes pensées… Nous avons presque tout épuisé nos réserves de poudre d’artanis et nous, magiciens, ne pourrons bientôt plus exercer notre magie. Asmodée a mis la main sur une pierre de Kartane qui pourra peut-être remplacer l’artanis et mettre fin à la pénurie magique qui plane sur notre monde. Or, le Kartane figure parmi les substances les plus convoitées de l’univers… Nous avons été mandatés, moi et les autres géminis pour protéger cette pierre jusqu’à ce que les alchimistes aient terminé leurs recherches. Nous sommes en fonction. Cette nuit, j’ai la pierre, dissimulée sur moi. La fête bat son plein. La salle est bondée. Un homme encapuchonné franchit la porte d’arche. Des ailes noires pendent à son dos. Il sort du lot, mais il y a autre chose… » Daphnée

Mon avis : Il aura fallu attendre plusieurs années pour que le second tome des aventures des géminis sorte de la tête de Audrey Verreault pour être couché sur du papier, mais ce délai valait sans aucun doute le coup ! J’avais beaucoup aimé le premier tome de Galénor (chronique ici) et je pensais trouver cette suite intéressante. Quelle ne fût pas ma surprise de voir que j’étais encore plus envoûtée par cette histoire de magicien, de pierres aux pouvoirs extraordinaires et de mondes aussi magnifiques que dangereux ! Ce second tome est un coup de cœur, je l’ai fini en larmes tant les émotions sont fortes.

Dans Le dernier gémini, nous retrouvons Daphnée, Judy-Ann et les autres alors qu’ils maîtrisent mieux leurs pouvoirs et ont créé des liens puissants entre eux. Bien que centré sur l’elfe Daphnée, les personnages deviennent chacun leur tour le narrateur, ce qui apporte un gros plus au roman au niveau des différentes intrigues et au niveau du rythme du récit.

Parlons justement de la plus grosse intrigue : les géminis sont mandatés pour protéger le Kartane, la pierre la plus convoitée au monde car extrêmement puissante. Lors d’un bal, un homme corbeau fait une entrée fracassante et (spoiler alert) casse malencontreusement la pierre qui va partager alors son pouvoir entre Daphnée et lui. Le pouvoir qu’ils vont absorber sera tellement important qu’ils vont devoir trouver un moyen de l’enlever de leur corps s’ils ne veulent pas être consumés par lui. Si vous pensiez que c’était la cata attendez de lire le kidnapping de Daphnée par l’homme corbeau ! Les personnages ne pourront pas se faire confiance, même s’ils sont liés. Les aventures s’enchaînent, les trahisons font mal et les scènes de bataille sont intenses. Le final est terrible, mais nécessaire…

Vraiment, Le dernier gémini est un livre captivant. Les différentes intrigues nous tiennent en haleine jusqu’à la dernière ligne, les personnages sont encore plus travaillés et certains vous réserveront des surprises… L’écriture est fluide, permettant au lecteur de s’immerger pleinement dans le monde de l’auteur et de vivre les mêmes aventures que Daphnée et ses amis. C’est fort, puissant, ensorcelant. Une fois commencé, il est difficile d’arrêter. Un roman de 354 pages où rien n’est en trop. Les descriptions sont utiles, ni trop longues, ni trop courtes. C’est le gros point fort d’Audrey Verreault : elle sait doser tout son roman pour le rendre totalement immersif. J’ai eu un gros coup de cœur pour l’un des personnages qui a fait son apparition dans ce tome et je pense qu’il va me hanter encore quelques jours… Les passages où il devient narrateur sont magiques, on le voit évoluer et on l’aime de plus en plus. Son histoire est terrible, elle nous prend au cœur.

En conclusion, Galénor est une sublime saga de fantasy. Audrey Verrault écrit de manière originale alors si vous voulez changer d’air et vous plonger dans une bonne série, je vous conseille assurément celle-ci ! Pour information, l’auteur nous indique à la fin du livre que la saga contiendra quatre tome. Le troisième est actuellement en cours d’écriture, j’espère seulement ne pas attendre aussi longtemps 😉

Livre pour l’été : Ce qui nous lie de Samantha Bailly

Publié initialement chez Milady en avril 2013, le roman Ce qui nous lie de Samantha Bailly passe sous le label Hauteville. Un livre qui mélange les genres : romance, feel-good et imaginaire.

Résumé : Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle a appris à dissimuler… et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie «normale», celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau job dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore.
Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre Raphaël, chasseur de têtes et de cœurs, un homme inaccessible qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens.

Mon avis : Ce qui nous lie m’a intrigué grâce à son résumé très prometteur. Une jeune femme, Alice, va un jour se découvrir un pouvoir surprenant, celui de pouvoir voir les liens qui unissent les gens. Ceux-ci lui apparaissent comme des fils plus ou moins gros, plus ou moins lumineux, en fonction des attaches.

Si au départ elle s’en sert pour venger les femmes trompées – elle-même ayant subi de nombreux désastres amoureux, elle finit par avoir envie d’autre chose… une vie normale ! La voilà qui entame un nouveau job dans un cabinet de recrutement, où elle va tomber sur la seule personne dont elle ne voit aucun fil. Étrange ? Assurément… Son supérieur serait-il un psychopathe ou tout simplement une énigme pour son don ?

Ce qui nous lie parle véritablement des liens qui existent entre les personnes et on peut voir, avec Alice, ces liens s’étioler avec la distance et le temps, voire même se détruire suite à une rupture ou même un décès. Les émotions sont présentes au fil des pages, de même que le suspense. Qu’arrive-t-il à Alice ? Et pourquoi n’arrive-t-elle pas à voir les liens de Raphaël ? Samantha Bailly va nous donner de possibles réponses et c’est intéressant ! Magie ou science ? Faites votre choix.

Un roman feel-good qui parle de la vie en générale, des doutes, des espoirs, des amours, du deuil, de l’amitié, de la solitude… Au fond, nous sommes tous pareils et nous ne recherchons qu’une seule chose : le bonheur.

J’ai apprécié ce côté humain, mais j’ai préféré la partie magique ! J’imaginais les fils se tendre, partir à la rencontre d’autres personnes, comme des tentacules qui chercheraient désespérément un point d’attache. Il y a également une autre sorte de magie, que je ne peux pas vous spoiler, mais qui apporte un énorme plus au livre.

J’ai été un tout petit peu gênée, par contre, par la « temporalité » du roman. Certains chapitres se passent dans le passé, d’autres dans le présent, et d’autres encore dans le futur. On va en avant, en arrière, etc et finalement c’est un peu déstabilisant. Cela m’a fait perdre le fil parfois, un comble ! 🙂  Heureusement, l’écriture et l’intrigue sont vraiment bonnes, ce qui nous permet de passer un très bon moment !

En bref, Ce qui nous lie est un livre parfait pour l’été, que vous le passiez sur la plage, dans votre jardin ou même votre canapé.

Anges d’Apocalypse de Stéphane Soutoul : j’adore !

Le tourment des aurores, premier tome de la saga Anges d’apocalypse de Stéphane Soutoul, est sorti il y a quelques années chez Rebelle éditions. Une petite pépite d’urban-fantasy originale, maîtrisée et pleine d’action !

Résumé : Deux corps pour une seule âme. Impossible selon vous ? C’est pourtant le fardeau que j’endure suite à la malédiction lancée par un sorcier. Tout ça parce que j’ai eu le cran de refuser ses avances. Pour la peine, je l’ai tué, mais en attendant quelle plaie ! La nuit, je suis Famine, l’un des quatre cavaliers de l’apocalypse, et ex-meurtrière qui s’est reconvertie dans la profession de garde du corps. Et lorsque vient le jour, je me trouve coincée avec l’identité de Samantha, une lycéenne des plus ordinaires. Comme si je n’avais pas déjà suffisamment d’ennuis avec deux vies à mener de front, la Cour des sorciers de Toronto vient de me confier la protection de son lord. Il faut dire que certains de ses dissidents se sont mis en tête de le supprimer. Cette fois-ci, je n’ai pas le droit à l’erreur, même si mon côté humain a choisi le mauvais moment pour s’enticher d’un étrange garçon, le genre craquant, mais véritable nid à problèmes… Je vous le dis : pas facile de gérer deux existences à la fois !

Découvrez mon avis complet sur le site Les Petits Livres ici !

Extrait de ma chronique : Le tourment des aurores est un premier tome captivant. L’univers créé par Stéphane Soutoul est magistrale, j’ai adoré son idée de cavalières de l’apocalypse. Comme d’habitude avec cet auteur, les rebondissements s’enchaînent, les intrigues se multiplient et on finit par dévorer le livre en une journée.

Les cavalières ne sont ni bonnes ni mauvaises au fond, et leurs réactions font réelles (pour un livre Imaginaire !). Les personnages sont parfaitement créés. On a envie d’en savoir plus sur certains, d’en voir mourir rapidement, et d’en sauver d’autres. C’est signe que l’écriture et le scénario sont bons, alors n’hésitez pas à vous lancer dans ce superbe premier volet des Anges d’apocalypse, vous allez adorer.

La vérité au bout des lèvres : Témoignages de femmes ayant subi des violences gynécologiques

La vérité au bout des lèvres est sorti chez les éditions Kiwi en avril 2020. Ecrit par Marine Gabriel et illustré par Guenièvre Suryous, ce livre choc vous fera monter les larmes aux yeux.

Résumé : « Il se met à me recoudre à vif... », « Arrêter de crier, ça ne fait pas si mal ! », « Fermez votre gueule et poussez ! », « Votre bébé est mort à cause de vous, alors écartez les cuisses et fermez-la » « Nouveau coup de ciseaux dans le vagin… je hurle… »

Autant de témoignages choquants… Marine en reçoit tous les jours. Après avoir elle-même expérimenté des violences obstétricales et gynécologiques, elle découvre à travers son compte Instagram dédié que ces pratiques sont malheureusement beaucoup plus courantes qu’on ne peut le penser, en France, au XXIe siècle. Dans cet ouvrage nécessaire, elle dénonce ces pratiques pour éveiller les consciences, sensibiliser le corps médical et soutenir les victimes ; ce ne sont pas des cas isolés et cette situation grave est intolérable. Libérer la parole sur les VOG, un sujet si peu abordé et traité, c’est redonner du pouvoir aux femmes qui se sentent violées et impuissantes. Ces faits particulièrement graves, aux conséquences physiques et psychologiques désastreuses (dépression, mutilations, incontinence à vie, etc.) doivent être mis en lumière pour que les générations futures n’aient jamais plus à endurer cette sombre réalité.

Mon avis : J’ai sélectionné ce livre lors de la Masse Critique Babelio non fiction car il me semblait important de découvrir les témoignages de ces femmes (et parfois hommes) qui ont subi des violences par le personnel médical.

La vérité au bout des lèvres est un livre choc, rempli d’expériences malaisantes. Malgré le nombre de pages peu élevé, j’ai donc eu du mal à le lire. Beaucoup de témoignages catastrophiques, d’actes incompréhensibles, voire même absolument ignobles. Certains médecins ont-ils totalement perdu leur humanité ? Comment réduire un être humain à un corps sans âme, sans émotions…  C’est pourtant ce que vous allez découvrir en lisant le livre de Marine Gabriel, auteur du compte Instagram @balancetonuterus où elle met en avant les VOG (Violences Obstétricales et Gynécologiques) afin de mieux les combattre et surtout instruire les femmes (mais aussi les hommes) sur leurs droits.

Il est vrai que, face à une blouse blanche, quelle qu’elle soit, on a tendance à se taire, à accepter des choses qu’on penserait pourtant impensables. Après tout, ne savent-elles pas mieux que nous ce qui doit être fait ? Mais quand votre terreur et votre douleur sont trop fortes, pourquoi continuer à se taire, à subir ?

La vérité au bout des lèvres commence mal. Dans les premières pages, nous découvrons le témoignage de Marine Gabriel sur son accouchement. Une dizaine de pages absolument monstrueuses, qui vous donnerons envie de croiser les jambes ! Je sais qu’il peut y avoir des complications, que les médecins peuvent être parfois sans tact, mais là on atteint le summum de l’horreur.

Les autres témoignages ne sont pas non plus tendres, mais en même temps ce livre parle des VOG donc il était évident que rien ne serait épargné. A la fin, l’auteure interview une sage-femme et une gynécologue sur leur métier et les violences, ce qu’elles font pour lutter contre elles. Une partie peut-être censé vous apaiser après les sueurs froides que vous avez eues.

La vérité au bout des lèvres est un livre nécessaire car nous devons savoir qu’aucun membre du corps médical n’a le droit de nous faire quoi que ce soit sans notre autorisation (à part s’il en va bien sûr de notre survie et que ni nous ni quelqu’un de notre entourage n’est en mesure de donner un consentement).

La vérité au bout des lèvres est un livre à ne pas mettre entre toutes les mains, car je pense que certaines personnes ne prendront en compte que les pages anti-médecins et occulteront toutes les pages pro. Evidemment, il n’est pas dans l’intention de l’auteur de démonter tout le monde et il faut en être conscient ! Comme partout, il y a des bonnes personnes et des mauvaises. Heureusement, la majorité reste tout de même humaine et parfois même de bons conseils !

Pour conclure… Vous souhaitez devenir maman ? J’hésite sincèrement à vous conseiller de lire ce livre, cela pourrait vous casser toute envie. Il est néanmoins important car éducatif, voire même libérateur pour certain(e)s. Son but est de sensibiliser patients et professionnels. Les VOG sont tabous, mais en viendrons-nous à bout ? Peut-être… si tout le monde ose prendre la parole.

Le fléau des Locustes, suite de la sublime saga de Rebecca Roanhorse

Le fléau des Locustes est le second tome de la saga de Fantasy Le sixième monde de Rebecca Roanhorse. Sorti le 08 juillet dernier chez les éditions Milady, ce roman est un concentré d’action !

Résumé : Un mois s’est écoulé depuis le sanglant affrontement de Black Mesa, où Maggie a perdu son seul ami. Puis lui parvient une sinistre nouvelle : Kai a été recruté par une mystérieuse secte dirigée par un personnage sorti tout droit des légendes navajos. Maggie se lance sur sa piste, convaincue qu’il a besoin de son aide. Sa quête l’emmène au-delà des Murs de Dinétah, au cœur d’un monde ravagé par les Grandes Eaux. Accompagnée d’une poignée disparate d’alliés, Maggie devra affronter des trafiquants d’organes, des dieux navajos et la Locuste blanche en personne. La confiance toute neuve qu’éprouve Maggie envers ses amis sera mise à rude épreuve, et tous ne survivront pas à cette aventure…

Retrouvez mon avis complet sur Les Petits Livres ici !

Extrait de ma chronique : « Le fléau des Locustes est un tome absolument captivant. L’action est au rendez-vous, les rebondissements s’enchaînent, ne laissant pas au lecteur le temps de souffler. Les créatures sont terrifiantes, mais les humains aussi !

Notre héroïne change psychologiquement du tome 1 au tome 2, on voit une belle avancée et c’est très intéressant. Il y aura du sang, des meurtres, des kidnappings, des pouvoirs surnaturels, des alliances, mais aussi des trahisons. Rien ne nous sera épargné.

Le sixième monde est une série magistrale que tous les fans de fantasy doivent avoir dans leur bibliothèque. Le monde de Rebecca Ranhorse est magnifiquement créé, les personnages sont attachants, l’action toujours au rendez-vous et les scènes de batailles sont absolument grandioses. Une petite pépite qui sort des sentiers battus et qui vous fera passer un très bon moment. »

The Loop, la dystopie de Ben Oliver

Sorti le 28 mai dernier chez les éditions de La Martinière Jeunesse, The Loop est le premier tome d’une série dystopique addictive signée Ben Oliver. Le résumé alléchant et la couverture énigmatique donne le ton de cette histoire originale.

Résumé : Depuis que le monde est gouverné par une intelligence artificielle nommée Happy, les guerres ont disparu de la surface de la Terre.
Mais dans le Loop, la prison ultramoderne du District 86, les adolescents criminels sont soumis à une routine écrasante. Chaque jour, à l’heure de la Récolte, ils sont vidés de leur énergie afin d’alimenter le bâtiment en électricité. Et tous les six mois, lors des Reports, ils doivent faire un choix : servir de cobayes lors d’expériences scientifiques ou… mourir.
Jusqu’ici, Luka, Kina et Malachai ont eu de la chance : ils ont réchappé aux traitements expérimentaux qu’on leur a fait subir.
Cependant, les anomalies de fonctionnement du Loop se multiplient et on leur annonce un Report exceptionnel. Cette fois, leurs chances de survie seront minces… Très minces !
Alors Luka et ses amis décident de fuir. Mais qu’est donc devenu le monde qu’ils connaissaient ? Happy a-t-elle perdu le contrôle ? S’ils veulent retrouver leurs familles et sauver ce qui peut encore l’être, ils devront d’abord survivre au chaos qui semble avoir tout englouti…

Le premier tome d’une dystopie hallucinante et survitaminée, à la croisée de Prison Break, The Walking Dead et Hunger Games.

 

Mon avis : The Loop est un premier tome très réussit. Ben Oliver arrive à nous intéresser dès les premières pages grâce à une intrigue bien construite, des personnages attachants et un scénario original.

The Loop se passe dans un futur proche où la technologie a pris une place très importante dans le monde. Certaines personnes – les plus riches – sont modifiés artificiellement et deviennent ainsi plus « performantes ». Les plus pauvres restent des humains normaux et vivent dans des conditions abominables. Les crimes sont sévèrement sanctionnées par Happy, une intelligence artificielle, qui envoie les condamnés dans Le Loop, une prison presque totalement gérée par des machines.

Luka Kane est enfermé dans Le Loop. Pour éviter la peine de mort, il est obligé d’accepter de servir de cobaye pour des expériences plus ou moins dangereuses, qui lui permettent de gagner du temps avant la sentence finale. Cependant certains ne survivent pas aux greffes et autres tests… Pour l’instant, Luka a eu de la chance, mais cela risque fort de changer.

Dans The Loop, les détenus restent toujours seuls et ne rencontrent personne, à l’exception d’une modif’ (humaine modifiée) qui leur sert de gardienne. Ils la voient tous les jours pendant quelques minutes à l’heure du déjeuner, une idée de Happy pour montrer un minimum de compassion envers les humains. Ce que l’intelligence artificielle ne sait pas, c’est que Happy a créé un groupe : toutes les semaines, dans la nuit du mercredi au jeudi, lors d’une brèche dans le système informatique, la modif’ libère quelques détenus de confiance, dont Luka, pour qu’ils puissent parler, jouer etc.

Quand Luka et les autres réalisent qu’il y a des beugs dans Le Loop et que leur vie est encore plus en danger, ils mettent au point un plan pour s’échapper. Bien sûr, cela n’est pas possible… normalement. Sauf qu’ils vont avoir une opportunité inespérée qui leur permettra d’atteindre la ville. Super ? Eh bien non… Les rares personnes conscientes qu’ils croisent sont devenues des psychopathes qui affichent un sourire terrifiant en toutes circonstances. Les évadés vont-ils survivre à ce nouveau monde ? Rien n’est moins sûr…

Ben Oliver (Twitter)

The Loop est une histoire terriblement prenante. Le narrateur, Luka, est très attachant. Les scènes s’enchaînent, les rebondissements tombent à point nommé, rien n’est attendu. Un premier tome immersif qui nous tient en haleine du début à la fin ! J’ai beaucoup aimé le monde créé par Ben Oliver, d’autant plus que tout pourrait être vrai. A mi-chemin entre Hunger Games et Les âmes vagabondes, The Loop est une série dystopique sur laquelle il va falloir compter !

La fin se termine en cliffhanger, on est chamboulé par les péripéties de notre non-héros et on espère qu’il s’en sortira, ou pas d’ailleurs… Les machinations sont terrifiantes, les tortures bien trouvées. Ben Oliver réussit à écrire une série originale, que l’on verrait très bien adaptée en film. L’univers est riche, les personnages travaillées et le monde créé impressionnant. The Loop Tome 1 est vraiment un bon premier tome et j’espère que la suite sera à la hauteur.