À un fil : le téléphone de Rainbow Rowell vous connecte avec le passé !

À un fil est un roman écrit par Rainbow Rowell. Sorti en format poche chez Milady en septembre, cette histoire était une bonne idée mais le manque de rythme est décevant…

Quatrième de couverture : Georgie est au trente-sixième dessous : cela fait des années que son mariage bat de l’aile, mais cette fois, c’est la fin. Alors que son mari est parti passer Noël avec ses enfants dans le Nebraska, elle reste seule à Los Angeles, car elle a pris la fâcheuse habitude de faire passer sa carrière avant sa famille. C’est alors qu’elle tombe sur un vieux téléphone à cadran rotatif. Contre toute attente, cette antiquité va lui permettre de faire un bond de quinze ans en arrière et de communiquer avec Neal dans le passé. N’est-ce pas l’occasion rêvée pour résoudre leurs désaccords et retomber amoureux comme au premier jour ?

Découvrez mon avis sur Les Petits Livres ici !

Extrait de ma chronique : « À un fil traîne en longueur et c’est dommage. L’histoire avait pourtant un bon potentiel, mais le personnage principal a du mal à nous toucher, ce qui ne nous aide pas à rentrer dans le récit. J’ai largement préféré la sœur, Heather, qui apporte une touche humoristique et qui est, quant à elle, franchement attachante. Enfin, la conclusion arrive à remonter le niveau car on finit par dévorer chaque ligne. Il aura fallu attendre… »

Publicités

Attachement : retour sur le premier livre de Rainbow Rowell

Une réédition d’Attachement, le premier livre de l’auteur à succès Rainbow Rowell, est sortie le mois dernier chez Milady. Un livre sympathique dont le point fort est la personnalité de chaque personnage.

Quatrième de couverture : 1999. Lincoln, gentil geek aux faux airs d’Harrison Ford, travaille dans une entreprise où son rôle consiste à contrôler les mails des employés. C’est ainsi qu’il parcourt les échanges de Jennifer et de Beth, deux copines aussi drôles et imprévisibles qu’attachantes. Sans même l’avoir vue, Lincoln va tomber amoureux de Beth. Mais comment lui déclarer sa flamme sans passer pour un fou ? Surtout que la jeune femme semble avoir un faible pour un « inconnu » qui travaille dans le même immeuble…

Découvrez mon avis complet sur le site Les Petits Livres ici !

Extrait de ma chronique : « Attachement est un roman sans prise de tête qui nous fait passer un moment sympathique. Il aurait pu être vraiment meilleur sans les longueurs et avec un peu de rebondissements surprises. La fin, attendue, est sympathique et nous fait fermer le livre le sourire aux lèvres. »

La mort sur un plateau, le polar politique de Francisco Lozano

La mort sur un plateau est un roman policier écrit par Francisco Lozano.  Sorti en juin 2017 dans la collection Clair-Obscur d’Evidence Editions, ce livre ne vous laissera pas indifférent !

Quatrième de couverture : Les meurtres en chambre close, le commissaire Martinot aime bien ça, dans les romans de John Dickson Carr. Il les apprécie beaucoup moins lorsqu’il doit mener l’enquête et que cela l’oblige à écourter des vacances bien méritées.
Son ancien collègue, Santiago Blanco, ne pensait plus être amené à collaborer avec Martinot. Il n’imaginait pas plus qu’un homme surgi du passé le conduirait, lui aussi, à se pencher sur la mort d’un ancien dictateur.
Au Costa Verde, la candidate du parti démocrate de gauche affronte une difficile campagne présidentielle en se demandant si la mort du dictateur aura une influence sur l’élection.
Entre whodunit et thriller politique, ce roman vous réserve bien des surprises.

Mon avis : La mort sur un plateau m’a tout bonnement réconciliée avec les polars politiques ! Pour moi, dès qu’il y a de la politique dans un livre, je trouve cela barbant et j’ai du mal à poursuivre ma lecture. Pourtant, ici, Francisco Lozano arrive à rendre cela intéressant et j’irai même jusqu’à dire addictif !

C’est bien écrit, bien pensé, les rebondissements nous tiennent en haleine et la fin est tout aussi surprenante. Le style de l’auteur nous permet de rentrer dans son histoire, entre enquête policière et politiciens corrompus, et les notes d’humour apportent un gros plus à ce livre. On se laisse entraîner dans toutes les ramifications de l’intrigue, on tente de résoudre le meurtre tout en espérant que l’assassin ne se fera pas pincer (oui, parce que tuer un homme aussi horrible ce n’est pas si grave, si ?), on suit avec application la campagne présidentielle au Costa Verde et quand la dernière ligne est arrivée, on en voudrait plus.

Les personnages sont bien imaginés, on s’attache à Santiago très rapidement et la fin nous laisse présager un prochain tome sur la quête de vengeance de cet homme que la mort de sa femme a profondément bouleversé. Les émotions sont justes, le récit réaliste. 

Un roman bien rythmé, des personnages touchants, une enquête surprenante et une partie politique vraiment intéressante. La mort sur un plateau est une réussite et je ne peux que le conseiller à tous les fans de romans policiers. Bravo à l’auteur !

Finding Cinderella : un spin-off réussi pour Colleen Hoover

Après Losing Hope et Hopeless, Colleen Hoover revient avec Finding Cinderella, un spin-off mettant en scène les deux meilleurs amis de Sky et Holder. Sorti en août chez Pocket Jeunesse, ce roman young-adult est captivant. L’auteur réussit à nous en mettre plein les yeux en 200 pages !

Quatrième de couverture : Quand, dans l’obscurité la plus totale, une inconnue tombe dans ses bras, Daniel a le premier coup de foudre de sa vie. Tous deux décident de vivre une histoire aussi courte qu’intense sans échanger leurs noms ni voir leurs visages. Quelques mois plus tard, alors que Daniel a perdu tout espoir de retrouver sa Cendrillon, il rencontre Six, la meilleure amie de Sky : deuxième coup de foudre. Mais Holder lui interdit formellement de tenter de la séduire… ce que Daniel va bien sûr prendre pour un défi à relever.

Découvrez mon avis sur Les Petits Livres ici !

Extrait de ma chronique : « Ce que j’ai le plus aimé sont les passages avec la famille de Daniel où il y a beaucoup d’humour. J’ai adoré les taquineries, les situations gênantes et les réactions imprévisibles des parents du jeune homme. Colleen Hoover manie les émotions avec brio et réussit à aborder des thèmes importants avec beaucoup de sincérité, le tout en seulement 200 pages. Bravo ! Un livre à la portée de tous les lecteurs friands de livre young-adult, même ceux qui ne connaissent pas encore l’auteure. »

Un chat dans le cœur : l’histoire de Toby Jug, un chat presque humain.

Un chat dans le cœur est un livre de Denis O’Connor qui raconte les aventures que son Maine Coon et lui ont vécues pendant l’année 1969. Sorti chez le label Hauteville de Bragelonne en août, ce « journal intime » ravira les amoureux des chats.

Quatrième de couverture : Après A pas de velours de Denis O’Connor, retrouvez Toby Jug, le maine coon du Northumberland, un chat presque humain. Ces charmantes chroniques vous raviront le cœur ! C’est une nouvelle année de la vie de Denis et de Toby Jug qui nous est contée. Retrouvez les habitants du cottage de la Hulotte, Toby et son humain préféré, dans de nouvelles aventures en cette année 1969, riche en événements. Mais ce sont les petites choses, les rituels du quotidien qui font sa richesse.
Après tout, rien n’est plus significatif qu’une vie rythmée et vue à travers les yeux d’un chat. Et quel chat !

Découvrez mon avis sur Les Petits Livres ici !

Extrait de ma chronique : « Un chat dans le cœur est un livre touchant, parfois drôle, parfois triste, mais qui montre surtout l’amour que l’auteur ressent pour son chat. Comme l’histoire se déroule en 1969, Denis O’Connor nous fait voyager dans le temps, dans le monde rural, et cela fait du bien ! On s’attache à Toby Jug et on se dit qu’il devait être un chat assez exceptionnel. Ce livre est aussi un message de lutte pour la défense des animaux, une dénonciation de la cruauté humaine. »

Pourvu que la nuit s’achève : injustice en Afghanistan

Pourvu que la nuit s’achève est un roman de Nadia Hashimi qui est sorti cet été chez les éditions Milady. Un roman qui raconte l’histoire d’une femme présumée coupable du meurtre de son mari. Dans un pays où justice rime trop souvent avec injustice, les afghanes doivent se battre pour prouver leur innocence. Mais Zeba est-elle réellement innocente ?

Quatrième de couverture : Lorsque Zeba est retrouvée devant chez elle, le cadavre de son mari à ses pieds, il paraît évident aux yeux de tous qu’elle l’a tué. Depuis son retour de guerre, Kamal était devenu un autre homme, alcoolique et violent. Mais cette mère de famille dévouée est-elle capable d’un tel crime ? Présumée coupable, Zeba est incarcérée dans la prison pour femmes de Chil Mahtab, laissant derrière elle ses quatre enfants. C’est à Yusuf, revenu des États-Unis pour régler une dette symbolique envers son pays d’origine, l’Afghanistan, que revient la défense de ce cas désespéré. Mais la prisonnière garde obstinément le silence. Qui cherche-t-elle à protéger en acceptant de jouer le rôle du suspect idéal ? Et dans ces conditions, comment faire innocenter celle qu’on voit déjà pendue haut et court ?

Découvrez mon avis sur le site Les Petits Livres ici !

Extrait de ma chronique : « Une intrigue captivante qui nous fait voyager dans un pays où la femme est toujours opprimée. Une histoire d’honneur, de revanche, de liberté. Une héroïne touchante et un combat loin d’être gagné. Pourvu que la nuit s’achève est un roman captivant qui vous bouleversera et qui restera longtemps dans les mémoires. »

Elvie, textes poétiques sur la Vie

Elvie, textes poétiques sur la Vie est le premier livre de l’auteure Elisa Lavy. Publié par les éditions du Net en février 2017, ce recueil de poèmes nous fait passer un bon moment tout en nous faisant réfléchir sur la vie ainsi que sur nous-même.

Je tiens à remercier l’auteure pour sa confiance et sa gentillesse !

Quatrième de couverture : Dans Elvie, l’auteur vient toucher notre être intérieur pour lui parler, l’invitant à la réflexion. Elvie, comme un gardien protecteur, se veut interrogateur, interpellant par moment, provoquant par d’autres, amenant chacun d’entre nous à méditer sur soi-même, sur la vie, sur son propre cheminement intérieur, afin d’ouvrir notre conscience, d’avancer sur la paix intérieure.

Pour en savoir plus sur l’auteure : Passionnée par la quête intérieure, Elisa Lavy a suivi durant plusieurs années différents maîtres spirituels de différentes obédiences, en quête de réponses sur le sens de la vie. Son besoin de comprendre, d’avancer, a conduit Elisa Lavy à une remise en question en profondeur, ouvrant son cœur et son esprit à une nouvelle vision, compréhension. Ce sont ces révélations, ces messages intérieurs reçus qu’elle vient ici partager avec nous avec Elvie.

Mon avis : Elvie, textes poétiques sur la Vie est un livre qui fait réfléchir, qui nous pose des questions mais qui nous apporte également des réponses. L’émotion nous attrape parfois, la tristesse et la sérénité se rejoignent. Elisa Lavy nous emmène en voyage, un voyage spirituel à travers ses textes poétiques et sa plume libératrice. Bravo à l’auteure !

Je dois avouer que ce n’est clairement pas le genre de livres que je lis habituellement mais, bien que sceptique au départ, j’ai trouvé que les textes poétiques d’Elisa Lavy, en plus de nous bousculer, étaient vraiment intéressants. Une agréable surprise donc avec deux gros coups de cœur pour les textes Amour, souffrance ? et La perte d’un être cher.

Attention, je vous préviens, cette chronique va être longue car je vais dire un petit mot (voire plus ^^) sur chaque texte.

Amour, souffrance ?
C’est l’un des textes que j’ai préféré dans ce livre. Il est tellement juste, tellement beau, que cela arrive à nous chambouler, à faire naître de l’émotion tout en nous remettant en question. Qu’est-ce que l’amour finalement ? C’est la question à laquelle Elisa Lavy tente de répondre. Elle nous donne les pour et les contre, pour finalement nous laisser avec une vérité. L’amour n’est qu’amour, c’est l’Homme qui le pervertie. La plume est magnifique, envoûtante et le message est beau. Une réussite !

L’Ego
L’ego traite des on-dit, des faussetés du monde qui nous sont balancés à la figure chaque jour. Nous devons veiller, être toujours sur le qui-vive pour discerner le vrai du faux. Notre ego nous tient à cœur et c’est peut-être cela, finalement, qui causera notre perte. L’auteure nous conseille de regarder ce qui nous entoure, de nous enorgueillir de la vie même, des petites choses qui nous rendent heureux. Un beau message.

Liberté !
Nous naissons libre mais c’est l’Homme qui s’enlève lui-même sa liberté. Nous avons créé des inégalités mais la liberté, elle, est acquise à notre naissance, c’est ensuite qu’elle nous est enlevée. L’auteur s’interroge alors sur l’Humanité : sommes-nous réellement dignes d’être libres ? Un poème qui nous amène à réfléchir sur notre vie, nos actes et nos envies. L’auteur parle beaucoup du passé, car nombreux sont ceux qui y vivent toujours, sans avoir un regard pour l’avenir. Un texte qui fait réfléchir…

Le Partage
A mon sens, ce poème reprend les trois derniers pour nous poser la question du partage. Étions-nous plus prompt à aider notre prochain auparavant ? Est-ce que la consommation de masse n’a pas détruit le plus beau geste au monde ? Est-ce que, sans les objets matériels, nous partagerions plus facilement ? Des questions auxquelles il nous faudra réfléchir, une fois encore.

Etre soi
Un beau poème sous forme de dialogue pour revenir à l’essentiel, s’accepter tels que nous sommes et non pas l’image que l’on veut montrer ou l’image que les autres attendent de nous. Une recherche du moi poétique et véridique.

La vie
L’auteure commence par nous expliquer que la vie est magnifique, si on regarde les bons côtés. Mais le malheureux ne peut voir que les mauvais, et il aura raison. Finalement, la vie pourrait être belle si nous faisions en sorte qu’elle le soit… Elisa Lavy nous pose des questions, nous fait des remarques, toujours avec sa plume poétique, et nous ne pouvons qu’être d’accord avec elle. Elle arrivera peut-être à aider des lecteurs qui se sont perdus en route…

La perte d’un être cher
Que ce texte est sublime ! Il nous enchaîne avec lui et nous chamboule jusqu’à la dernière ligne, salvatrice. Un poème tellement juste et tellement beau dans sa noirceur… Les émotions coulent de la plume d’Elisa Lavy pour nous toucher en plein cœur. C’est beau, c’est aussi un peu noir, c’est inspirant, c’est bienfaisant ! Bravo.

Prier
C’est peut-être le seul poème qui n’aura pas réussi à me convaincre. Peut-être les croyants y trouveront ce qu’ils cherchent. Oui, la prière vient spontanément, mais nous ne sommes pas obligés de prier un Dieu, ce peut être la vie, la Terre, soi-même… La prière est libératrice dans le sens où elle nous guide vers ce que l’on attend. Mais est-ce suffisant pour vivre heureux ?

Le pardon
Un texte très vrai qui nous interroge sur la nature de notre mal-être et le besoin d’être pardonner, d’être aimé. C’est touchant.

La compassion
La compassion rejoint un peu L’ego. Il faut savoir écouter, regarder et se remettre en question pour pouvoir s’ouvrir aux autres et découvrir l’empathie.

Dialoguer
Un poème sur le dialogue et la difficulté d’exprimer ses idées clairement, sans précipitation. Un texte utile et inspirant.

Un message
Voici un court poème que l’auteure veut nous transmettre… Il faudra le lire pour le découvrir ! 😉

Observe
Un texte qui nous envoie vers l’essentiel, qui nous bouscule un peu, qui nous fait nous remémorer le passé, notre insouciance et la paix que nous ressentions alors… Elisa Lavy réussit à nous rendre nostalgique.

Paix intérieure
L’auteure nous parle de sa quête de la paix intérieur, de la difficulté de la chercher, mais également du bonheur de la trouver. Et vous, lecteurs, à la fin de ce livre, saurez-vous trouver votre paix intérieure ?

En conclusion, Elvie, textes poétiques sur la Vie est un mélange de poésie, de psychologie et de philosophie. Elisa Lavy nous ouvre la voie vers le bonheur et l’acceptation de soi. Un livre qui fait du bien au moral !