Réservé aux adultes !

Osez… 20 histoires de soumission sexuelle est un recueil de La Musardine qui est sorti le 22 septembre dernier. Je l’ai reçu à l’occasion de la Masse Critique Babelio car j’ai été intriguée par le résumé.

Quatrième de couverture : Vous croyez tout savoir du SM ? Vous n’avez encore rien lu…
osez-20-histoires-de-soumission-sexuelleLa soumission sexuelle, grand classique de l’érotisme, est un fantasme de plus en plus répandu. Mais il ne se résume pas à l’éternel scénario de la femme fragile sous l’emprise d’un maître charismatique ! Et ça, les auteurs de ce recueil sont bien résolus à vous le prouver, en vous invitant à explorer l’univers fascinant de la soumission dans ses moindres recoins. Femme qui domine un ami de son mari avec la complicité de ce dernier, chef d’entreprise sous le joug de sa jeune recrue, veuve qui fait le deuil de son mari en se soumettant à un mystérieux maître, femme en quête d’absolu qui le trouve dans la soumission, homme qui prend un cours d’esclavage chez un autre homme… Après avoir refermé ce livre, l’art de la soumission n’aura plus aucun secret pour vous. Mais attention : peut-être aurez-vous envie d’y goûter à votre tour…

Mon avis : Il y a des livres que l’on n’oserait pas acheter et Osez 20 histoires de soumission sexuelle en fait partie pour moi. Quand je l’ai vu pour la Masse Critique Babelio, je me suis dit : pourquoi pas ! Ce n’est pas un genre que j’affectionne particulièrement mais il faut avouer que le résumé est bien écrit. De plus, j’étais intéressée de voir comment les auteurs allaient réussir à écrire sur un acte si particulier. Est-ce que cela allait être totalement vulgaire ou bien est-ce qu’il y aurait de la recherche, un petit plus qui nous ferait apprécier l’histoire en dehors du fait qu’il s’agisse d’un recueil érotique ? Et bien la réponse la voici…

Osez 20 histoires de soumission sexuelle est un recueil qui ne m’a pas vraiment plu. Il y a des bonnes nouvelles, bien écrites et avec une « véritable » histoire à l’intérieur, et il y en a des beaucoup moins bonnes, vulgaires et choquantes, qui n’apportent, à mon sens, rien du tout. Je vais vous détailler ici mon avis pour chacune des nouvelles, en essayant toutefois de toujours donner un point positif car même si je n’ai pas apprécié, derrière chaque texte il y a un auteur qui a travaillé dur.

La première histoire s’appelle La Veuve et est écrite pas Louise Laëdec. Je trouve qu’elle a été très bien placée. Elle commence ce recueil parfaitement en mélangeant la soumission, l’attente, le désir, avec la tristesse, le deuil, la honte. Même si je n’ai pas trouvé les sentiments de la veuve très réalistes, c’est une histoire qui est intéressante et plutôt bien écrite. Elle nous donne envie de continuer notre lecture.

Jeune fille au pair de Clarissa Rivière est une nouvelle assez longue, ce qui permet de mettre bien en place l’histoire. On retrouve un couple qui va être tenté par leur jeune fille au pair et qui va essayer de l’initier à ses jeux sexuelles. Si l’histoire en elle-même plaira à tous les fans de ce genre, c’est la conclusion qui a réussi, pour ma part, à me combler. On a le droit à une fille jalouse qui va décider de se venger d’une étrange manière… J’ai trouvé l’idée amusante et bien pensée !

Léa n’aime pas les îles flottantes de Rita a une morale que j’ai particulièrement apprécié. Malgré le vocabulaire qui n’a pas besoin d’être aussi vulgaire pour être plaisant, l’histoire m’a assez plu et, une fois de plus, la conclusion est parfaite.

Ma Maîtresse de Jon Blackforx est une histoire dérangeante car elle fait très véridique. Cela pourrait très bien se passer dans votre rue… Un jeune homme émoustillé par sa voisine. Une voisine séductrice et dangereuse. Un garçon a jamais transformé. L’histoire est assez longue, franchement gênante, mais bien imaginée et bien écrite.

Lui appartenir de Amandine Gantois est une nouvelle qui m’a satisfaite car l’héroïne rentre dans ce monde de soumission après avoir lu 50 nuances de Grey. Elle pensait que ce serait marrant et excitant. La réalité est tout autre et elle panique. Pourtant, elle va finir par réaliser un fantasme et prendre conscience de ses besoins. Je ne suis toujours pas vraiment fan du genre mais cette histoire est bien écrite et apporte un petit plus que certaines autres n’ont pas. J’ai apprécié l’allusion au livre (que j’ai d’ailleurs trouvé ennuyeux) et le fait qu’il existe une différence entre fantasme et réalité.

Accessoire de Viviane Faure n’est malheureusement pas une histoire qui m’a intéressée. Encore une fois, je ne suis pas convaincue par le vocabulaire utilisé même si l’histoire en elle-même peut plaire aux adeptes de ce genre.

Patrick de John Faredes est une histoire que je n’ai pas du tout aimée. Je ne suis pas du tout adepte de l’ondinisme et franchement je trouve ça dégoûtant. Comment apprécier une histoire où la sexualité n’est pas utilisée pour faire du bien aux partenaires mais est là uniquement dans le but de l’humilier ? Je ne suis pas du tout fan mais je dois admettre que la fin est bien trouvée. Après tout le début vraiment dégoûtant, le suspense arrive et la fin nous fait dire à voix haute « bien fait ! ».

Bilan d’une exquise docilité de Magali Kim est en fait une lettre écrite par une soumise à son maître. Ici, vous apprendrez tout le vocabulaire vulgaire qu’il existe, que vous le vouliez ou non. Je pensais que ce recueil voulait mettre en évidence le fait que le scénario de femme fragile sous l’emprise d’un maître charismatique n’était pas tout ce que la soumission avait à offrir pourtant, après avoir lu ces premières nouvelles et plus particulièrement celle-ci, je me dis que le pari n’est pas encore tenu !

La Nouvelle de Charles R. Santiago est une histoire qui change la donne ! Un patron tombe sous le charme de sa nouvelle recrue et ne sait pas s’il a ses chances avec elle. J’ai apprécié cette nouvelle fraîche et divertissante avec un final explosif. C’est bien imaginé,  bien écrit et on se pose des questions tout du long.

La garçonnière d’Eugénie Daragon parle d’une femme qui domine un homme et qui veut se venger de ce qu’il a dit en dehors de la chambre à coucher. Les mots utilisés nous montrent qu’elle le considère comme un objet, une chose. Le vocabulaire est vulgaire là aussi mais cela gêne moins car l’histoire s’y prête un peu plus.

Sans nom de MMK raconte l’histoire d’une femme qui tombe amoureuse d’un homme et qui va tout faire pour lui plaire. C’est une nouvelle qui pourrait être véridique. Combien de personnes ont fait des choses qui ne leur plaisaient pas vraiment uniquement pour contenter leur partenaire ? Pour l’héroïne, il s’agit d’une addiction et elle va devoir apprendre à se sevrer.

Lequel des trois ? de Julien Ligny nous fait rentrer dans l’intimité d’un couple homosexuelle. L’un est soumis bien sûr à l’autre et cet autre a décidé de mettre une annonce dans des sites de rencontre pour proposer les fesses de son homme à celui qui aura la plus grosse. Mes mots sont franchement bien plus mesurés que ceux de cette nouvelle. Je ne suis pas fan mais le final est intéressant, limite amusant.

L’histoire de Infiniment sienne de Stella Tanagra est horrible et franchement dégeulasse. Malgré tous les sévices que subit cette femme et que je trouve franchement ignobles, c’est l’une des nouvelles que j’ai le plus apprécié. En effet, il y a une véritable histoire derrière tout cela qu’on n’aurait pas pu imaginer. C’est très bien trouvé et cela m’a convaincue.

Je me tiens, tu me tiens… de Franck Basquiat est une histoire que j’ai appréciée. Encore une fois, on n’imagine pas du tout la fin. J’ai bien sûr été gênée par des scènes que je trouve toujours aussi humiliantes et ignobles mais il a ce petit plus qui fait que l’histoire en elle-même est bien trouvée.

Hier, aujourd’hui… Et demain ? de Giaggiola Degli Spiriti. Je ne comprends pas comment on peut apprécier ce genre de texte. Je suis une grande fan de thriller et d’horreur. Les scènes gores ne me dérangent absolument pas, je les trouve même vraiment bien dans certains livres. Mais dès que l’on touche à l’intimité, cela devient totalement horrible et gênant. Non, je ne m’y ferai jamais ! Pour autant, malgré le fait que j’ai détesté chaque phrase que j’ai lu, je dois avouer que oui, l’histoire est bien créée.

Encore une fois de Magena Suret arrive à temps pour nous faire souffler un peu. Une histoire pas banale mais bien écrite avec des sévices qui sont moins cruels que les autres. Une femme qui domine des hommes et qui les filme pour son blog. Rien ne se fait sans leur accord bien sûr. C’est intéressant et bien écrit.

Vendredi de Anaëlle est un texte différent des autres car on comprend enfin le plaisir de la soumise. Alors oui, il s’agit encore d’une femme soumise à un homme mais c’est tout de même un récit qui diffère des autres de par le talent d’écriture de l’auteure. Il n’y a rien d’humiliant, tout est dans l’unique but du plaisir. C’est plutôt comme cela que j’imaginais le recueil tout entier et c’est dommage que l’humiliation, l’utilisation de l’urine ou encore le déchirement soient employés dans certains textes pour tenter de nous prouver que le SM c’est sympas ! Vendredi est un texte qui correspond plus à mes attentes en manière de nouvelles érotiques et même si je ne comprends pas les autres, elles doivent avoir été choisies pour une bonne raison, celle de répondre à une demande.

Madame de la Montagne Sainte-Victoire de Allibert nous fait rentrer dans la vie d’un homme qui adule les dominatrices. Il va tenter le diable pour assouvir son besoin… C’est un texte un peu drôle et qui se lit rapidement. Il n’y a rien de gênant et je trouve que le personnage principal a bien fait de oser !

La dernière nouvelle est celle de ChocolatCannelle et s’intitule Ma Quête. Elle raconte la quête d’une femme nymphomane qui va trouver son désir dans la domination/soumission. Une nouvelle qui clôt parfaitement ce recueil.

En conclusion : Je ne savais pas si ce recueil allait me plaire et il faut avouer que je n’imaginais pas du tout la soumission comme cela. Certaines histoires sont bien imaginées, d’autres m’auront marquée à vie. Je ne comprends pas qu’on apprécie certaines pratiques et encore moins lorsque celles-ci sont humiliantes et dégradantes. Le résumé annonçait des histoires qui changent du scénario de la femme fragile sous l’emprise d’un homme mais il n’y en aura eu pas beaucoup au final. Quant à la dernière phrase du résumé : non merci ! Me faire uriner dessus n’est absolument pas dans mes projets ! Plaisanteries mises à part, j’ai essayé de juger ces nouvelles en faisant ressortir le point positif de chacune car je n’aime pas dénigrer un texte quel qu’il soit. Il y a du travail derrière, une personne qui a mis du temps à écrire. Alors même si je n’ai pas aimé ce recueil, je sais que c’est simplement parce qu’il ne me correspond pas. Mon avis est évidement un avis subjectif, si bien que Osez 20 histoires de soumission sexuelle pourra tout à faire plaire à certains d’entre vous ! Vous ne le saurez qu’en le lisant 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s